Le courant est injecté sur le réseau ou consommé sur place

 

Une installation adaptée à l'habitat individuel

 

Une éolienne installée chez un particulier fonctionne de la même manière qu'une éolienne industrielle. L'hélice comporte un générateur. Des batteries placées dans le mat permettent de stocker l'énergie produite. La plupart des éoliennes sont horizontales avec une hélice orientée face au vent. Il existe également de mini-éoliennes verticales, très silencieuses, qui se placent généralement sur un toit.

La puissance des éoliennes domestiques varie de 100 W à 36 kW. L'installation de cet équipement doit faire l'objet d'une déclaration préalable de travaux. Si le mat dépasse 12 m, un permis de construire est obligatoire. Dans tous les cas, l'installation doit être conforme au code de l'environnement et au PLU, ou autres documents d'urbanisme de la commune.

 

Autoconsommation ou revente ?

 

L'énergie produite peut être consommée sur place ou réinjectée dans le réseau public. La plupart des propriétaires d'éoliennes ont opté pour l'autoconsommation car le prix de rachat est souvent considéré comme peu attractif. Il existe environ 2000 éoliennes domestiques en France. Le coût moyen d'une installation se situe entre 10000 € et 15000 € mais peut, dans certains cas, atteindre 40000 €. On comprend donc pourquoi les propriétaires souhaitent rentabiliser cet investissement en revendant l'électricité produite à EDF.

 

Les éoliennes domestiques fonctionnent dès que le vent atteint 10 ou 15 km/h. Elles peuvent donc être installées dans de très nombreuses régions. Une étude réalisée par un spécialiste permettra d'évaluer précisément la rentabilité du projet. Le retour sur investissement est généralement de 15 ans. Cette durée peut être réduite grâce aux aides financières à l'installation et à la revente d'une partie de l'électricité produite.

Une revente souvent peu rentable

 

Pour pouvoir revendre l'énergie, il faut que l'équipement soit relié au réseau. Le coût du raccordement se situe généralement entre 1500 et 3000 €. Si vous optez pour la revente, la situation diffère selon que vous résidiez dans une ZDE (Zone de Développement Éolien) ou non. Dans le premier cas, si vous signez un contrat de rachat d'électricité, EDF est obligé d'acheter l'électricité produite pour une durée de 15 ans. Le tarif était de 8,2 c€/kWh en 2016 pour les 10 premières années et de 2,8 à 8,2 c€/kWh pour les 5 années suivantes. Ces prix sont très inférieurs à ceux proposés pour le photovoltaïque. Si vous vous situez hors ZDE, les fournisseurs d'énergie ne sont pas obligés d'accepter de racheter l'électricité produite et les tarifs ne sont pas réglementés par l'Etat. Le coût de rachat est généralement inférieur au prix payé par le consommateur, c'est pourquoi seule la revente d'un éventuel surplus de consommation pourrait être rentable. Comme la plupart des installations ne couvrent que 30 à 50 % des besoins en énergie du foyer, ce cas de figure est très rare.

 

 

 

Fait avec    by windelectric.fr