Une éolienne verticale ou horizontale ?

Une éolienne est une installation qui permet de transformer l'énergie du vent en une énergie mécanique. Il en existe deux sortes pour produire de l'électricité propre à partir de la force des vents : celles horizontales et celles verticales. Quels sont leurs caractéristique, leurs avantages et inconvénients respectifs ?

 

L'éolienne horizontale, la plus répandue

 

 

Elle capte le vent, de dos ou de face en fonction du dispositif, au moyen de pales assemblées en hélice. Celles-ci peuvent être au nombre de deux ou trois ; plus elles sont nombreuses, plus les performances de l'installation sont améliorées. Ces dernières tournent tout autour d'un mât sis horizontalement par rapport au sol. La rotation de l'hélice actionne un générateur situé en haut de l'installation, ce qui permet la production de l'électricité. Ce sont généralement celles-ci que l'on peut voir dans les parcs éoliens, qu'ils soient sur terre ou en mer. L'un de ses principaux avantages est son rendement, qui est excellent, captant au mieux l'énergie du vent et s'orientant dans la direction de ce dernier. Selon les modèles, le rendement varie entre 10k W et 20 kW. Mais elle présente aussi des inconvénients : elle est moins résistante aux vents forts que celle verticale, ce qui suppose qu'elle soit renforcée, par exemple avec le recours à des mâts haubanés notamment dans les régions où les risques de tempête sont élevés, et un frein installé au niveau du rotor, qui permet d'arrêter le fonctionnement de l'éolienne au-delà d'une certaine vitesse. Elle met en outre plus de temps à se mettre en fonctionnement, car elle doit s'orienter par rapport au vent avant de s'enclencher.

 

L'éolienne verticale, pour capter de faibles vents

 

 

À la différence du modèle précédent, celle-ci possède des pales qui tournent tout autour d'une tige installée verticalement. Elle présente l'indéniable avantage de pouvoir capter des vents plus faibles, ce qui lui permet d’être plus souvent exploitée. Elle ne nécessite en outre qu'un plus petit espace que sa consœur verticale, n'ayant pas besoin d'un vaste terrain dégagé sur lequel ancrer et monter un mât, de sorte qu'elle est bien plus conseillée pour équiper les bâtiments ; elle peut notamment être installée sur un toit, à condition que celui-ci soit apte à en supporter le poids. Mais si elle peut fonctionner quel que soit le sens du vent, elle produit moins d'électricité que son homologue horizontale. Le rendement maximal auquel il est légitime de s'attendre n'est ainsi que de 10 kW. En revanche, elle démarre plus vite et résiste mieux aux vents violents. C'est aussi la moins bruyante des micro-éoliennes. Elle se ramifie elle-même en deux types : celles Darrieus et celles Savonius.

 

Comment bien choisir son éolienne pour une production d'électricité domestique ?

 

 

Il ne faut pas uniquement s'attacher au critère de la production d'énergie pour choisir entre ces deux types de dispositifs. Il faut également prendre en compte l'emplacement de l'habitation, l'espace qu'elle offre ainsi que l'installation électrique existante. De même, il faut regarder quelle utilisation sera faite de l'éolienne domestique. Dans tous les cas, il est fondamental de connaître la force des vents dans la région concernée, pour choisir le modèle le mieux adapté et celui qui produira in fine le plus d'énergie. Il faut donc également regarder le nombre de KW d’électricité produite en une heure, pour connaître ce qu'il est loisible d'attendre de cette installation d'énergie propre.

 

 

Fait avec    by windelectric.fr